Utiliser la « balado » en anglais

Cela fait quelques années que l’usage des baladeurs tente de s’imposer dans les classes, en particulier pour l’apprentissage des langues vivantes.

Cela fait quelques années que l’usage des baladeurs tente de s’imposer dans les classes, en particulier pour l’apprentissage des langues vivantes.

Cependant, les meilleures volontés se heurtent à des écueils qui, à la longue, rendent l’aventure compliquée :

  • quels lecteurs-enregistreurs choisir ? Il faut qu’ils soient simples et solides, mais aussi suffisamment bons pour permettre l’utilisation de la vidéo, avec un son fidèle ;
  • quels matériels pour cet usage collectif (concentrateurs USB, problème du chargement de la batterie des baladeurs, branchements, ordinateur pour la gestion...) ?
  • quel logiciel pour gérer les fichiers son générés par les élèves, ainsi que pour diffuser ceux que le professeur souhaite que les élèves étudient ? À raison de près de trente fichiers par une classe, cette gestion devient vite un casse-tête...

Il existe bien des solutions toutes faites dans le commerce, mais elles sont toujours chères, et certaines manquent de souplesse (modèle de baladeurs imposé, logiciel peu pratique...).

Ayant demandé des devis et constaté la cherté des proposition, la principale du collège Lucie-Aubrac, Loubna Kerioui, s’est tournée vers sa conseillère de bassin pour le numérique, Daniela Brun, qui lui a suggéré d’utiliser la solution préconisée par la Mission Tice de l’académie (et François Lermigeaux en particulier, qui a ensuite animé le stage dans l’établissement) :

  • un ordinateur utilisant une distribution Linux, Ubuntu ou Debian ;
  • le logiciel Scola Sync [1], qui permet de diffuser et de récupérer à la volée les fichiers multimédias sur les baladeurs ;
  • des hubs USB du commerce ;
  • des baladeurs MP3/MP4 numérotés, protégés par une coque et rangés dans une mallette ad hoc.

Les écouteurs sont personnels, et sont apportés par les élèves (ce qui résout les problèmes d’hygiène).

Après une formation en établissement, tous les professeurs de langues (et ceux de français également) ont vite vu l’intérêt pédagogique de l’outil. Parmi eux, Mme Agbézouhlon, professeur d’anglais, ne conçoit plus autrement son enseignement, qui permet à ses élèves de progresser à son rythme. C’est son témoignage enthousiaste qu’elle nous livre ici :

Interview baladodiffusion en anglais

Source du logo sous licence CC BY-SA