11 juillet, par Malika Alouani

Classe innovante à Levallois : année 1

Des choix et des stratégies pédagogiques mises à l’épreuve

Description des étapes de co-construction

e-éducation Cycle 3 Bassin de Neuilly-sur-Seine


Valérie Pasquel-Laporte enseignante en CM1 est, depuis 2017/18, engagée dans l’appel à projet « Classe Numérique » lancé par la ville de Levallois en partenariat avec le DSDEN et la DANE. Elle a ainsi profité de l’engagement de l’équipe de circonscription (Ien, CPC et ÉRUN).

L’an dernier avec ses élèves, elle a réfléchi à la mise en œuvre d’un projet de classe innovante équipée avec un mobilier choisi et des outils numériques. Son objectif est d’intégrer dans sa pratique de classe l’acquisition de nouvelles compétences.
Cette co-construction ainsi menée a permis de définir des espaces dédiés à des activités cognitives d’apprentissage associant des besoins matériels et des postures.
Ce travail exploratoire a constitué une première base de travail pour l’enseignante qui parallèlement a rédigé tout un projet pédagogique.

Un démarrage d’année sous les projecteurs

Septembre 2018, fut une rentrée attendue par tous les acteurs en lien avec le projet (anciens élèves, parents, équipe enseignante, nouveaux élèves, collectivité). La découverte de cette nouvelle classe a suscité de nombreuses curiosités et interrogations.
Une exposition a été organisée pour présenter le projet. Parallèlement, il a fallu gérer la prise en main du lieu et des outils. C’est dans le contexte d’un véritable challenge que Valérie Pasquel – Laporte a assumé ces multiples défis pour les transformer en force et en conviction.
Une démarche réflexive a accompagné toute son année pour se finaliser par deux objets concrets :

  • une collecte de données via un sondage réalisé auprès des élèves pour faire un bilan global de l’année
  • la production d’un support documenté produit par les élèves à l’intention des futurs élèves de la classe. Il aura pour objectif de transmettre aux nouveaux une série de recommandations pour leur permettre de profiter de l’expérience de leurs ainés.

Pour l’ année 2019/2020, le projet s’étend avec la mise en place de quatre nouvelles classes sur deux autres écoles de la ville (La Fontaine et Saint EXUPERY).

La classe 5.0, une classe innovante pas comme les autres

À Levallois, l’école Buffon est composée d’une équipe dynamique avec une pédagogie plutôt classique. Dans le cadre de l’appel à projet « Classe Numérique », la collectivité de Levallois a répondu aux propositions des élèves et de l’enseignante afin d’expérimenter de nouvelles méthodologies d’enseignement et d’envisager un essaimage. L’enjeu porte ainsi sur une transformation progressive des formats de classe afin de faciliter l’acquisition de nouvelles compétences suggérées par le numérique.

La classe innovante repensée est livrée fin août avec 15 tablettes, des casques sans fil avec micro enregistreur, un visualiseur, un ordinateur portable fond de classe, une visionneuse, 2 TNI et deux murs blancs inscriptibles.
Grâce à cet effort conséquent, l’enseignante a expérimenté différents scénarios pédagogiques et diversifié ses pratiques.
Nul doute que derrière cette nouvelle classe, les besoins d’observer, d’adapter ont guidé les gestes professionnels de celle-ci. Cette adaptation s’est ainsi faite avec une observation active des comportements des élèves et une installation progressive de nouvelles habitudes de travail.

Ce récit en 4 étapes de l’année, a pour objectif de décrire les évolutions, les stratégies pédagogiques choisies afin de s’approprier ce nouvel espace et de le mettre en cohérence avec une gestion des élèves et une organisation.

Première phase : sept –déc. : une première situation mise à l’épreuve

Une classe où tous les meubles peuvent se déplacer rapidement est à la fois une chance mais peut également se transformer en défi quand on se situe dans une phase de découverte, de testing et d’expérimentation.
Au début, on est tenté d’essayer différentes configurations afin de les mettre à l’épreuve des usages et de vérifier sa pertinence dans le scénario fixé. Ce piège de l’essai/erreur est inévitable, l’enseignante a questionné plusieurs configurations, des changements et une adaptation qui peuvent générer un sentiment d’inquiétude chez certains élèves.
Aussi le besoin de sécuriser et de créer un climat positif a tout de suite été une priorité. Le choix des règles et des valeurs partagées par tous s’inscrit dans ce cadre. Les trois valeurs clés « confiance, coopération, entraide » ont servi toute l’année à rappeler un commun de posture à respecter pour faciliter le travail et l’ambiance de classe. Pour construire une confiance au travail et un collectif apprenant, le choix de ces valeurs a joué un rôle important.

Organisation et stratégies pédagogiques Observations
Accueillir et rassurer : un accueil à 8h20 est installé afin de s’approprier les lieux et d’investir une posture d’apprenante.
Une gestion en demi-groupe pour le français et les mathématiques est mise en place avec le déplacement du professeur vers les groupes élèves.
Des temps d’ateliers ont contribué à rompre avec la place fixe pour prioriser les objectifs d’apprentissage et des lieux pour se faire.
L’utilisation des tablettes est restée très modérée en début d’année pour privilégier l’entrée dans les enseignements.
Le défi de l’enseignant a surtout consisté à inscrire une rupture avec le passé des élèves. Leur faire comprendre, tout en les rassurant, que ce nouvel espace classe suggère d’autres manières de travailler.
Le second enjeu a concerné le manque autonomie des élèves et le respect d’un niveau sonore nécessaire au travail de tous et cela quel que soit les configurations.
Les travaux en petit-groupe de l’après –midi ont été de suite appréciés par les élèves qui ont commencé à développer des gestes de coopération entre eux.

Seconde phase : Janv/fév une nouvelle stratégie à l’épreuve :

Les temps de régulation, le rappel des postures d’apprenant, les invitations à agir de manière autonome et responsable, le respect du silence dans la classe, ont constitué des objectifs réguliers et nécessaires. Des temps de langage au sein de la classe ont permis d’améliorer les conduites grâce au feedback entre pairs.

Organisation et stratégies pédagogiques Observations
Afin de simplifier la gestion du matériel, celui-ci est désormais regroupé par type et usage. Une caisse pour les ardoises, les mêmes cahiers rangés par groupe ainsi que les livres ;
Le travail en demi-groupe est maintenu avec une alternance animée par l’enseignante.
Les tablettes occupent à présent une place plus importante pour produire et consolider des notions à travers des albums numériques.
Les recherches sur internet sont plus fluides et accompagnent plus de disciplines.
Le manque d’autonomie de certains élèves persiste.
Un conseil d’élèves est mis en place pour prendre des décisions sur les changements et l’organisation du travail ;
4 tables ont été retirées ; la rotation des groupes se fait de manière plus fluide. Les activités sont plus diversifiées.

Mars/avril : Troisième phase : un choix éprouvé et fonctionnel

Organisation et stratégies pédagogiques Observations
Les élèves ont gagné en autonomie, deux groupes hétérogènes sont conservés pour les fondamentaux.
Le matériel mutualisé ne pose plus de difficulté.
Des ateliers de compétences sont mis en place avec le soutien du numérique ;
Les habitudes permettent d’investir tous les espaces de la classe.
Le chuchotement a encore besoin d’être rappelé.
Les interventions du professeur sur les modalités de travail disparaissent et se font rares.
L’ambiance générale se décline avec une plus grande fluidité notamment à travers des postures d’apprenant plus marquées.

Dernière phase : mai/juin : une classe apprenante plus autonome

Organisation et stratégies pédagogiques Observations
La gestion des élèves se fait à l’aide d’un plan de travail par atelier proposé à trois groupes hétérogènes.
Il s’agit dans un même domaine d’enseignement de proposer des compétences différentes : mémoriser, produire et développer l’esprit critique à travers des situations problèmes.
Les victoires de fin d’année sur l’autonomie, la mutualisation du matériel, l’organisation tantôt par demi-classe et par groupe permet d’envisager un démarrage plus rapide l’an prochain.
La posture de professeur accompagnateur est beaucoup plus installée en fin d’année.
Le lâché prise expérimenté cette année est sans nul le socle de confiance gagné par l’enseignante qu’elle conservera pour l’an prochain.

Documents joints

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)