11 juillet, par Malika Alouani

Classe innovante à Levallois : année 1

Un premier retour proposé par les élèves

Des recommandations à transmettre

e-éducation


Les élèves de la classe innovante de Levallois font le bilan de cette première année. Ils répondent à quelques questions afin de documenter leur expérience et de permettre aux futurs élèves de se saisir encore plus facilement de cette nouvelle classe.

Expérimenter, comprendre et restituer des observations, des conclusions, toutes ces intentions correspondent à la dynamique impulsée par Valérie Pasquel enseignante et à l’équipe de circonscription de Levallois.

Ce projet constitue le démarrage d’une expérience qui a été souhaitée par la ville comme une première étape avant un essaimage progressif vers d’autres écoles.

Expérimenter et évaluer

Il est toujours complexe de restituer les résultats d’une expérimentation et d’évaluer les effets sur la réussite des élèves.
Les choix opérés par l’enseignante se sont fondés, cependant, sur des résultats déjà éprouvés par la recherche :

  • Créer un climat de classe favorable aux apprentissages a représenté un premier axe clé travaillé par l’enseignante, il prend appuie sur les travaux de nombreux chercheurs. Éric Debarbieux, chercheur à Université Paris-Est, précise clairement dans son rapport sur le climat scolaire que "La notion de climat scolaire n’est pas simplement le cumul des niveaux de bien-être individuels. Elle inclut aussi une dimension collective, en particulier par la prise en compte des relations entre les personnes."
    L’attention portée aux relations interpersonnelles a constitué le premier socle de travail de l’enseignante. Les valeurs choisies par la classe ont ainsi servi de balise tout au long de l’année.
  • Favoriser la coopération, ce second objectif prégnant participe à accompagner la classe vers un collectif apprenant et ainsi faciliter la gestion quotidienne des élèves. Coopérer c’est le pari du « faire ensemble », « vivre ensemble » et « apprendre ensemble ». Selon Sylvain Connac, S. (2009). dans "Apprendre avec les pédagogies coopératives, démarches et outils pour l’école" La coopération est une organisation collective qui vise un intérêt général. Elle regroupe toutes les situations où enfants, jeunes et adultes, réunis en communauté de recherche, mettent à disposition de tous les richesses individuelles, échangent leurs connaissances et développent en même
    temps des attitudes métacognitives."
  • Construire l’autonomie des élèves, un objectif récurrent compliqué à stimuler en début d’année mais qui progressivement suite aux transformations organisationnelles s’est manifesté de plus en plus pour la majorité des élèves.
    L’espace de confiance créé, la marge de liberté et les temps de régulation ont contribué à développer cette autonomie. Parallèlement, les démarches projet et le travail coopératif ont renforcé l’autonomie de l’élève. Bernard Lahire rappelle ainsi que "L’élève doit « prendre en charge son activité intellectuelle », être placé en situation de réflexion ou de production-création" pour être autonome.

Un sondage et des résultats

Afin de recueillir des éléments tangibles, un court questionnaire a été proposé aux élèves. Les réponses obtenues complètent les perceptions subjectives de l’enseignante et servent comme indicateurs plus distanciés.

Q1 / Comment s’est déroulée ton année ?
Q2/ Quelle période de l’année as-tu préféré ?
Q3/ Quelles sont les situations de classe que tu as le plus appréciée ?
Q4/ Dans quels espaces de classe travailles-tu le mieux ?
Q5 : Qu’améliorais-tu dans la classe ?

Cette démarche d’évaluation constitue le prolongement rationnel d’une démarche réflexive qui se veut explicite et signifiante. Accompagner modestement et inscrire dans le geste professionnel du professeur quelques méthodologies d’observation et d’analyse est un rôle stratégique que peut incarner tout formateur.

Cela ajoute ainsi aux étayages habituels du formateur des missions de médiation pour introduire une posture d’enseignant/chercheur, producteur de savoirs.
Dans ses travaux de veille à l’ifé Olivier Rey rappelle que "c’est souvent au niveau de l’établissement scolaire, de sa dynamique collective, que se fait le mieux l’intégration des résultats de la recherche aux pratiques éducatives, mais c’est aussi l’échelon qui est le moins travaillé (pour des raisons compréhensibles) dans la circulation des savoirs…" Un constat et des enjeux à poursuivre pour favoriser le maillage entre la recherche et les praticiens.

Je conclurai en remerciant Valérie pour sa confiance, son implication professionnelle, sa persévérance devant les défis rencontrés et l’étroite collaboration dont elle a fait preuve toute au long de cette année.
Le projet se poursuit à la rentrée prochaine avec la mise en place de quatre nouvelles classes sur deux autres écoles de la ville ( La Fontaine et Saint EXUPERY). De plus, Il est important de souligner que la coopération étroite entre la collectivité, l’Inspectrice et son équipe de circonscription a grandement contribué à optimiser la réussite d’un tel dispositif.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)