29 novembre, par Malika Alouani

École de l’Ancien Couvent - Puteaux

Une bibliothèque de classe augmentée

Le plaisir de lire et relire en autonomie

Premier degré Cycle 1 Département des Hauts-de-Seine


Le coin bibliothèque un espace clé en maternelle

L’espace dédié aux albums dans une classe de petite section est un coin stratégique qui accorde une place privilégiée aux livres. Il invite l’élève à adopter dès le plus jeune âge une posture de lecteur à travers l’observation d’images et la découverte des mots et des lettres.
Cette familiarisation commence par le positionnement du livre, son orientation et le geste délicat pour tourner les pages.
L’organisation spatiale, le confort de l’élève et la sélection de livres adaptés sont ainsi pensés pour réunir les conditions idéales afin d’attirer la curiosité de l’élève et rendre ce lieu attractif.
Le coin bibliothèque peut à la fois constituer un temps d’activité à part entière ou répondre à un besoin d’évasion, de recul et de calme qu’un élève de 3 ans peut éprouver durant sa journée de classe.

Questionner et faire évoluer un espace pédagogique

Nathalie Guey, enseignante dans une classe de petite section, a expérimenté plusieurs situations et organisations dans sa classe. Et elle continue à faire évoluer cet espace...
Cette année, elle a choisi de le rendre encore plus attractif en ajoutant à l’album mis à disposition, les marottes des personnages des histoires. Avec l’ensemble des personnages à sa disposition, l’élève peut animer, à sa manière, l’histoire telle qu’il l’a comprise ou comme il a envie de la revivre. Le livre se prolonge ainsi à travers l’imaginaire de l’enfant qui traduit sa pensée, ses émotions à l’aide des personnages qu’il peut tenir dans sa main et déplacer.
Sur le principe de la réalité augmentée, l’album dit « augmenté », c’est de fait une histoire qui se prolonge en dehors de l’objet physique et à laquelle s’ajoute tout un ensemble de productions que l’enseignante a rassemblées ces dernières années, grâce à la présence de tablettes numériques dans sa classe.
Chaque album mis à disposition est accompagné de sa version numérique (vidéos conçues par l’enseignante). L’élève peut ainsi l’écouter autant de fois qu’il le souhaite en utilisant les casques audio.
La tablette rassemble ainsi une bibliothèque d’albums virtuels.

Parallèlement aux albums, c’est tout un répertoire de chansons que l’enseignante a mis à disposition de ses élèves. Bien rangés dans une pochette, on y retrouve :

  • la fiche de la chanson avec au dos un QRcode,
  • les personnages,
  • un imagier avec le vocabulaire tiré de la chanson.

Les chansons ou albums sont rangés par thématique, auteur ou collection : les élèves acquièrent ainsi progressivement des notions de catégorisation.

Des gestes simples pour une plus grande autonomie

Dans l’organisation prévue par l’enseignante, l’élève suit une série d’étapes :

  • s’inscrire dans l’espace en positionnant la gommette à son nom,
  • dézipper la pochette pour y retirer les documents,
  • récupérer la fiche,
  • prendre la tablette associée au coin lecture, cliquer sur l’ouverture et retrouver sur la première page une unique application : l’application photo pour scanner le qrcode.
  • écouter avec son casque la chanson ou l’album qui s’affiche sur la tablette.

Des étapes simples, sans biais cognitifs pour focaliser l’attention de l’élève vers la recherche de la chanson à écouter ou de l’album.
Les conditions engagent l’élève à agir en complète autonomie et cela dès les premières séances d’installation du projet.

Des choix adaptés aux compétences à acquérir

Cet espace prend sens pour l’élève progressivement à l’aide du travail de médiation que l’enseignante accomplit régulièrement en présentant des albums. Chaque nouvelle chanson, chaque album est mis en scène avant d’être introduit dans cet espace. Il est exploité comme support langagier afin d’inviter l’élève à dire avec ses mots ce qu’il a compris de l’histoire. Ce travail de rappel du récit, décrit par Mireille Brigaudiot, constitue une étape nécessaire pour faciliter la mémorisation, travailler la sélection d’informations et les mises en lien.
Ces compétences sont travaillées lors d’ateliers dirigés préalables à la mise à disposition d’un album dans l’espace bibliothèque. Le travail sur le vocabulaire et l’acculturation à des contextes culturels sont également des axes importants qui sont privilégiés pour introduire la liaison entre un élément signifiant et sa représentation écrite.

C’est un travail d’appropriation et de familiarisation avec la culture écrite, ses œuvres, ses codes linguistiques et ses pratiques sociales : il s’agit de faire découvrir aux élèves le pouvoir d’action et de réflexion que confère la maîtrise de la langue écrite. Les maîtres parlent à ce sujet de construction d’un “statut” ou d’une “posture” de lecteur.
(Goigoux, 2003, p.2).

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)